Retour






Forian Wüst

Tolms Traum, 24. 01. -16. 02. 08

Le travail de l'artiste Berlinois Florian Wüst s'articule autour de documents historico-politiques et se réfère souvent à des événements et à des personnalités de l'histoire de l'après-guerre allemande.

Pour sa première exposition particulière à la galerie Visite ma tente, Florian Wüst présente deux dessins muraux grand format ainsi qu'une série d'images digitales et numériques, dans lesquelles il aborde les thèmes de la sécurité nationale et des débats médians autour du terrorisme et des forces politiques. Pour ce travail, il utilise en tant que contexte historique des textes tirés des romans de Heinrich Böll, fin de mission 1967 ou Protection encombrante 1979, que l'auteur écrivit consécutivement au événements de "l'automne allemand"1 en 1977.

Protection encombrante met en scène Fritz Tolm directeur de journal, élu à la tête d'un puissant syndicat patronal que le surcroît de pouvoir va paradoxalement rendre vulnérable. L'auteur se demande comment peut-on se protéger contre ceux qui sont censés nous protéger et dont la sollicitude, à priori rassurante, peut devenir du jour au lendemain inquisitorial. L'Allemagne en crise des années 70, est décrite par Böll comme étant "Entre la violence et la peur, une société sans pitié ni piété qui n'offre aucune espèce de garantie pour quoi que ce soit".

Son article paru en janvier 1972 dans le SPIEGEL intitulé Que veut Ulrike Meinhof, la pitié ou une conduite libertaire? et sa critique de la politique de sécurité et de répression de l'État, vont déchainer les milieux conservateurs et susciter des campagnes de presse calomnieuses qui le placeront définitivement à gauche. Böll réagi en écrivant L'honneur perdu de Katharina Blum ou il est question cette fois-ci des manœuvres douteuses de la presse et de la manipulation de l'opinion publique.

Le Florian Wüst est un faussaire qui extrait, des fragments littéraires, ici de Böll, des images de reportages, des graphiques, des publicités, des coupures de journaux, parut antérieurement dans la presse ou l'espace public et les combine à l'actualité. Cette interprétation historico-actuelle brouille les pistes et confère à la presse, à l'information un aspect absurde irréel, une sorte de nonsense politique et culturel.

Les interventions de Florian Wüst proposent un ponçage subtil de la réalité et de la fiction, de l'actualité et de l'histoire. Les travaux exposés sont des constructions fictives. Avec Le rêve de Tolm l'artiste ne propose pas seulement une réflexion autour de la réalité médiatique qui instrumentalise en permanence les notions de terreur, de crainte ou d'avenir, mais plutôt une exploration ludique des profondeurs psychologiques d'une société complexes dont l'ordre civil se voit exposé de plus en plus à de prétendu danger latent.

Pour cette exposition Visite ma tente est un partenaire Event du festival club Transmediale 08 "Unpredictable" (25 janvier - 2 février 2008). Florian Wüst présente au Maria, lieu principal du festival, une installation avec une animation vidéo et un dessin mural.

1. Pour obtenir la libération de ses membres détenus à la prison de Stuttgart-Stammheim, la RAF kidnappe le président du patronat allemand Hans Martin Schleyer le 5 septembre 1977. Il est dénoncé comme ancien membre du parti nazi et des SS. Le 13 octobre, un avion de la Lufthansa est détourné par un commando palestinien du nom de " Martyr Halimeh ", prenant en otages plus d'une centaine de passagers et détournant l'avion sur Mogadiscio en Somalie. La prise d'otages prend fin le 18 octobre avec l'intervention des forces spéciales allemandes durant laquelle trois des quatre membres du commando palestinien sont tués. Le même jour, les autorités allemandes annoncent la mort d'Andreas Baader, Gudrun Ensslin, la compagne de Baader, et Jan-Carl Jaspe, officiellement morts par suicides. Emprisonnée aux côtés de ses camarades, Irmgard Möller fut quant à elle grièvement blessée. Elle affirmera plus tard qu'il s'agissait en fait d'assassinats orchestrés par Bonn. En représailles, la RAF annonce le lendemain la mort d'Hans Martin Schleyer. Son corps est retrouvé le lendemain dans le coffre d'une automobile à Mulhouse, en France. Brigitte Mohnhaupt est impliquée entre autres dans ce meurtre, elle est considérée alors comme la femme la plus dangereuse d'Allemagne. Le 12 novembre, c'est au tour d'Ingrid Schubert d'être retrouvée pendue dans sa cellule. La thèse des assassinats est appuyée par le témoignage d'Irmgard Möller, autre militante de la RAF incarcérée à la prison de Stammhein en même temps qu'Andreas Baader et Ulrike Meinhof et qui a été victime d'une tentative d'assassinat dans sa cellule le jour de la mort de ses co-détenus (grièvement blessée de plusieurs coups de couteaux dans la poitrine). On a parlé de torture psychologique avec privation sensorielle. Le terrorisme de la RAF a été l'épreuve la plus difficile pour la République fédérale allemande depuis 1949, date de sa création. Face aux attentats, le gouvernement a durci les lois et étendu les contrôles de police.