retour






Heidi Sill

07. 12. 08. bis 30. 01. 09., Traces

Le travail d'Heidi Sill s'articule en partie autour de l'empreinte, de la trace qui marque l'être humain, son enveloppe, sa peau, comme si l'attestation de sa présence ne pouvait être authentifiée que par un corpus de marqueurs physiques, qu'elle manipule, ’triture’ ou réinvente.

De ses stylos, elle fouille la surface pour tenter de prouver ou de sonder la profondeur. Ses dessins ont du relevé archéologique ou de l'enregistrement topographique. “Traces” une des série présente à Visite ma tente et qui donne son nom à l'exposition, est constituée de grands dessins au stylo, oú le fourmillement des lignes s'y croisant, tissent la surface cartographiée d'un palimpseste, dont l'origine est les marques de blessures laissé par des brulures sur des visages.

Avec ‘Hannah1’ et ‘Jean2’, la ligne devient réguliére et le portrait présent. Le traitement de la chevelure se répéte dans le visage et devient un motif qui trouble la perception; Ecorché médicale du systéme musculaire du visage, plan de reconstruction chirurgical ou tatouages rituels.

Les empreintes, auxquelles Heidi Sill s'attache, telles les cicatrices ou les stigmates sont physiques, mais elles peuvent être tout autant culturelles, lorsqu'il s'agit de tatouages, de maquillages ou toutes autres contraintes esthétiques de l'opération aux mutilations rituelles. Cette dimension culturelle est présente dans l'utilisation qu'elle fait des objets ici des poupées, support à de nouvelles ‘Traces’.

Mj Ourtilane

1 Portrait de l'artiste Hannah Wilke
2 Top des année 50


Chaques années nous sommes partenaire du festival Club Transmediale, qui cette année a invité Heidi Sill. Elle présentera au Maria, lieu principal du festival, un mural.