retour


Bruno Dorn
Barbara Wille

09.05.- 30.05.2009, Motifs et autres préférences, Barbara Wille et Bruno Dorn

"L'ennui est un drap gris et chaud, dont l'intérieur est nimbé d'une soie aux couleurs ardentes. Nous nous y enroulons lorsque nous rêvons. Alors dans les arabesques de sa doublure nous retrouvons la sensation d'être à la maison. Mais le dormeur ne voit que du gris et s'ennuie. Et quand il se réveille et qu'il veut raconter son rêve, il ne raconte souvent que l'ennui. En effet, qui peut se prévaloir, d'un tour de main de retourner cet aliment du temps? Les rêves ne racontent rien d'autre. Il en est de même des passages, architectures dans lesquelles nous rêvons la vie de nos parents, les grands-parents y vivant encore comme dans le règne animal, un embryon dans le ventre de sa mère. L'existence dans ces espaces s'écoule sans heurt de la même façon que les rêves. La flânerie est la rythmique du dormeur."
(Walter Benjamin, Das Pasagen-Werk, vol.1, S.161)

Le texte de Walter Benjamin décrit l'ambiance de l'installation présenté par Barbara Wille et Bruno Dorn. Une sculpture en forme de radeau occupe tout l'espace central de la galerie. Ce radeau est le support de constructions qui se croisent et évoquent des fenêtres, au travers desquelles le regard rencontre des photographies d'extérieur et d'intérieures d'habitation, de jardins. Ces images sont comme un alias du temps, une sorte de raccourci de l'enfance, de l'ennui sans fin des jours d'été et du sentiment d'être perdu à l'intérieur des espaces familiers et dans le mobilier.L'installation et les photographies sont comme un passage, espace de souvenir, dans lequel les différents plans se renvoient à eux même et se reflètent.
Chaque média le raconte à sa façon. Barbara Wille et Bruno Dorn évoquent avec leur exposition les entrelacs du temps, de l'espace et de la mémoire.